Presse

TATIANA

TRENOGINA

SOPRANO

       Tatiana Trenogina vient de Russie, mais elle étudie depuis deux ans       à la Chapelle musicale Reine Elisabeth. Elle est dotée de moyens impressionnants, servis par un timbre à la couleur très particulière. Intensément lyriques, ses interprétations se déploient en d'amples phrases majestueuses, habitées d'un peu d'emphase inutile chez Mozart, mais poignantes chez Puccini, Wagner et surtout Tchaikovsky. 

 

                                                                                      Michel Debrock/Le Soir 

       Dans sa somptueuse robe de scène en satin rouge, bustier brodé,          jupe bouillonée, parure de strass, allure de star, la soprano russe Tatiana Trenogina en aura fait craquer plus d'un. Coté musique, l'affrontement avec l'orchestre - lancé à toute vapeur dans " L'Inflammatus" de Rossini ("Stabat Mater") - se fait victorieusement....

Le long monologue de Violetta, E strano ("La Traviata" de Verdi) bénéficie d'une introduction prometteuse, avec des nuances de couleur et des pianos rarement entendues....

 

                                                                              Martine D. Mergeay/La Libre

       Le séance se conclut avec Tatiana Trenogina, soprano russe de 29           ans (en perfectionnement à la Chapelle musicale), une des grandes voix du concours, qui donne d'emblée la mesure de son tempérament avec "Canzone", sombre et véhément, inscrit dans une large dynamique de nuances et de couleurs. N'était une petite halte avec Fauré, la jeune Russe ne chantera que des airs lourds et exigeants, Liu, en plein puissance, Elvira, doté de subtiles intentions dont elle viendra à bout avec panache, Elsa, évoluant dans une couleur exclusive, magnifique (le meilleur répertoire, selon nous), Tchaikovski, convoqué dans une mélodie poignante (on imagine) aux nombreux couplets, et l'irrésistible "Widmung" de Strauss, en bouquet final.

 

                                                                        Martine D. Mergeay/La Libre 

       This singer seems to be the complete package - a lovely, bright                 silvery tone, coupled with model-like face and body, solid technique and innate musicality. With an expert - and highly influential teacher like van Dam, and with the great "material" like Trenogina, the end result is a singer to be reckoned with. If I were to nitpick, her stage personality is on the reserved side, a little bit remote. In any case, there is areal buzz about this singer and much is expected of her. She opened with Inflammatus, from Rossini's Stabat Mater. One was struck by the brightness and beauty of her tone. This is a short but treacherous piece, requiring great high notes and the power of a dramatic soprano. She sang it wonderfully, including two long-held C-sharps. A magnificent start to the program...

                                                                                                     www.scena.org 

       Plusieurs finalistes ont acquis leur sélection par un suppléments de     réelle émotion: telles furent la mezzo française Isabelle Druet, la mezzo polonaise Bernadetta Grabias, la soprano russe Tatiana Trenogina (à la diction remarquable), la soprano géorgienne Anna Kasyan et peut-être la Coréenne Jung Yoon

 

                                                 Max Vandermaesbrugge/La Dernière Heure 

      Parmis les candidats des trois dernières séances, on épinglera                 encore la sensibilité raffinée de la soprano russe Tatiana Trenogina dans Anna Bolena (Donizetti)....

 

                                                                                         Serge Martin/Le Soir   

       The pick of the bunch was the Russian soprano Tatiana Trenogina,         who has a dark, full-bodied voice that she uses to great effect. Her performance of the Henderickx was thrillingly expressive and her aria from Mozart's Don Giovanni, Mi tradi quell'alma ingrata, brilliant and graceful...

 

                                                                                                          The Bulletin 

      En même temps un troisième public avait du mal à trouver de la           place en la Chapelle des Pénitents blancs, tellement il y avait du monde, pour entendre la lauréate du dernier concours international Maria Callas à Athènes, la russe Tatiana Trenogina.

Cette soprano, qui était accompagnée par la pianiste roumaine Dana Protopopescu, a une voix claire, limpide et richement timbrée qui coule comme la source dont il est question dans la mélodie de Rachmaninov qu'elle interpréta si joliment. 

Mélodies françaises, allemandes et russes s'enchaînèrent à des airs de « Turandot », la « Bohème » et « Faust ».

« Je ris de me voir si belle en ce miroir », chanta-t-elle à la fin.

Hier, Tatiana, le miroir était le public de Menton. Et c'est vrai qu'il vous trouva belle. C'est pour cela qu'il vous applaudit debout...

 

                                                                                                            Nice Matin 

© 2015 by KG. All right reserved

  • w-facebook
  • w-youtube